22 mars 2007

Marrakesh, désert et Gorges du Dades!

Nous revoilà donc à Agadir, notre bonne vieille base balnéaire troisièmageuse...

La semaine écoulée de fut pas de tout repos, et même si les vélos sont restés au placard,  on a  pas chômé. Explications...

On prévoyait donc de commencer par le désert , mais bien sûr une grêve des bus nous oblige à modifier les plans: ne jamais faire de plan! Direction donc Marrakesh, les bus ont qd même le bon goût de déservir les grandes villes.

Le premier contact est très positif, ça grouille d'activité et l'intensité dépasse de loin celle retrouvée dans les autres villes du maroc. Sans doute aussi sommes nous mieux habitués à l'effervescence locale. La célèbre place Jeema El Fna et les souks sont de véritable mines d'or et de bazar en tout genre,  et un merveilleux piège  à touriste, marrakesh - arnakesh comme on l'apprendra plus tard...  Evidemment, qd il est temps de repartir... la grêve des bus supposée durer un jour s'est prolongée... nous voilà donc 'bloqués' à Marrakesh pour une journée supplémentaire. Même si la ville recèle bien des trésors, on a quand même du mal à y tuer le temps. On s'impose donc la visite du Jardin Majorelle (première visite payante), puis une ballade longue de 16h seulement dans la nouvelle ville... Heureusement, on trouve le cinéma local qui de surcroit joue un film retracant les causes probables des attentats de Casablanca en 2003. En plein dans l'actualité. Très instructif, tout à fait dans le thème du voyage. Bref à force d'attente (qui se fait longue), nous voilà enfin dans notre bus pour le désert... Une nuit plus loin et le cul plus bleu que sur nos vélos, nous débarquons à Zagora.

Le temps de trouver un guide et deux chameaux, et nous voilà parti dans les dunes de la vallée du Drâa. Piet manque de se casser la gueule lorsqu'il enfourche sa chamelle, tout va bien. Ni lui ni moi n'avons jamais monté le moindre animal (mais où est la barrière...?), c'est folklore. Bref, après le bus, le chameau fini de nous achever l'arrière train mais nous emmène néanmoins dans un somptueux bivouac bèrbère au milieu du désert. C'est sûr, les deux jours suivants, on marchera! Petite ballade dans les dunes avoisinantes, juste le temps d'un coucher de soleil magnifique, et juste le temps de se faire taxer tout notre argent dans notre sac par les gentils berbères qui nous accueille... On a été très con, peut être... Mais quand même, c'est la première fois qu'on laisse le sac sans surveillance et c'était au milieu de nulle part, chez des gens qui nous logent et nous accuiellent... super! Evidemment on ne s'en rendra compte que trois jours plus tard, lorsque t'es déjà bien trop loin pour faire quoi que ce soit... Quoi qu'il en soit, c'est inconscient et innocent que l'on passe une superbe soirée au coin du feu ponctuée d'un superbe repas. Le lendemain, marche tranquille dans le désert avant de planter notre propre bivouac au milieu de rien. Thé, tajine (la 3987ème), et nuit à la belle étoile... un régal. Le troisième jour (toujours à pied, à côté des chameaux c'est mieux...), retour sur M'Hamid, et bus pour Zagora. C'est évidemment au moment de payer le bus qu'on constate qu'on s'est fait volé, très classe.

Après quelques tentatives auprès de l'agence et du poste de police fermé, on n'a pas vraiment d'autre choix que de laisser tomber et d'essayer d'en rire plutôt que d'en pleurer. C'est dommage, surtout pour eux et l'image qu'ils laissent derrière eux. Quoi qu'il en soit, il est temps pour nous de reprendre le bus (ça nous saoule déjà ce bus) et direction les gorges du Dadès!

Passer du désert à la montagne en si peu de temps, c'est fameux. C'est une montagne arride et sèche, où aucune rivière ne daigne couler. Un paysage de désolation. Nous déambulons seuls dans les gorges étonnantes et gravissons un mini-sommet caillouteux pour profiter de la vue. De retour dans la vallée, on trouve un hôtel qui nous laisse bivouaquer à la belle étoile sur le toit, vue sur les montagnes. On partage le dîner (couscous, 6987ème) en compagnie de nos chers amis campings carristes... des gros beaufs. C'est quand même eux qui nous redescendrons de la montagne après une belle séance Stop-Promenade.

Retour sur Agadir après une journée entière de bus, mon dieu quel bonheur de retrouver les vélos.

Départ dès demain pour 5 étapes de montagne à travers la vallée des Almenn, il parait que c'est LA boucle à faire en VTT. Les jambes frétillent déjà. Ca va mouliner dur... Et puis on commencait à perdre notre fameux bronzage cycliste, c'eût été dommage!

Pour info, je viens de confirmer mon billet retour, et serai donc là le DIMANCHE 8 AVRIL à 13h30. Je vous invite d'hors et déjà à réserver ce dimanche après midi que l'on mettra à profit pour me redresser le foie (pénurie d'alcool ici). Tout cela sera reprécisé d'ici là.

Bonne route à tous, attention sur la rue de la Loi y'a des bouchons le matin.

pHIL

Posté par arborvitae à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Marrakesh, désert et Gorges du Dades!

Nouveau commentaire