13 mars 2007

AGADIR, et 1200 km dans les jambes...

Nous y voilà...

notre première destination sudiste est atteinte, puisque nous sommes désormais à Agadir, avec 1200 km au compteur... La côte s'est révélée surprenante, par moment loin de ce que nous avions imaginé, les corps ont bien souffert mais quel régal... Explications.

Aux dernières nouvelles, nous prenions donc un bon jour de repos bien mérité à Casablanca (victime d'attentats hier parait-il?). Repos est un terme à peine correct si l'on considère les nombreux kilomètres parcourru à pied dans l'immense métropole... Découverte de la mosquée Hassan II et son minaret haut de plus de 200 mètres, et petite ballade sur la Corniche, croisette version marocaine (qui n'as de croisette que la réputation, c'était plutôt la digue de Koksijde...). Finalement, Casa nous laissera une assez bonne impression d'ensemble, même si on reste sous le charme de Rabat.

Les cuisses et le cul bien reposés, on se remet donc en route vers Al Jadida, quelques 100km plus au Sud. Longer la côte se révèle bien plus confortable et facile que nos premières étapes de montagne et nous avalons goulument le bitume... Mais lorsque tout va trop bien, les malheurs surgissent. Et c'est au tour de mon genou droit de faire des siennes... Une intense douleur articulaire me torture littéralement en fin de journée, imposant à Piet un rythme lent et interrompu... Qlq anti douleurs, mordre un très gros coup sur sa chique et terminer l'étape. Heureusement, Al Jadida se révèle être une sympathique bourgade de pêcheurs, on nous nous délectons de poissons frits qui remet l'estomac et le moral d'aplomb.

Je décide quand même de tenter la petite étape du lendemain vers Oualidia, tout petit village de pêcheurs réputé pour son calme, ses parcs à huitre et ses arraignées de mer... 75 km seulement, sur le plat, ca devrait aller... Seulement ca ne va pas, et la fin d'étape se transforme en un véritable combat contre la douleur. Ma jambe droite n'est littéralement plus capable de pédaler, et seule la gauche fait le travail. Chaque tour de pédalier force ce satané genou à une flexion douloureuse, et les anti douleurs ingurgités n'atténuent que légèrement la souffrance...

Arrivés à Oualidia, nous décidons d'emblée de s'imposer un jour de repos et de décider de la suite des évènements après évolution du problème... L'optique de devoir prendre des transports motorisés ne nous enchante absolument pas, mais celle de se ruiner un genou non plus. La visite chez le pharmacien se solde par une bonne pommade et des anti inflammatoires costauds, on verra... Mais à toute souffrance vient sa compensation... Le camping étant fermé, le jeune Rachid nous propose de venir voir une 'maison'. Sans trop de solution de secours, nous le suivons jusqu'à ce qu'il nous fasse visiter un superbe appartement 2 chambres, cuisine, sdb, jardin et terrasse avec vue sur la mer.. Le tout pour la modique somme de 7 euros par personne...

Pour fêter ça, on s'offre une orgie d'huitres, de poissons frits et de vin blanc. Royal. Le jour de repos sera consacré à deux choses : manger et dormir. Je cuisine un bon petit steak façon comme chez nous à midi, au grand plaisir de mon carnivore de frère. Après la sièste et le thé à la menthe, direction la plage où on achète pour 2 fois rien une gigantesque arraignée de mer de 4kg au moins. La bête ne rentre pas dans nos plus grandes casserolles, et je suis obligé de lui arracher les pattes vivantes avant de pouvoir l'ébouillanter. Pas très classe. Mais nos regrets sont bien vite effacés lorsqu'il s'agit de déguster notre plus somptueux repas depuis longtemps.

Le genou semble aller mieux, à notre grand contentement. On décide donc de poursuivre notre route en direction de Safi. Cette petite étape test ne compte heureusement que 66km, qui se déroulent vent dans le dos, sans trop de douleur. De bonne augure pour ce qui nous attends par la suite... Safi n'a vraiment rien à  nous montrer si ce n'est ses usines de phosphore, charmant.

Les 120km du lendemain nous conduisent à Essaouira et voient surtout notre décor changer progressivement... On passe doucement du plat côtier au Moyen Atlas qui se jette dans l'océan... En gros, de la digue à nos ardennes... Et 120km de vallons, ca use. Mais le corps se remet remarquablement bien et le genou semble aller de mieux en mieux. Essaouira est un village magnifique, et la première vrai destination touristique de notre périple. Des touristes, des menus en 4 langues, des boutiques à souvenirs... Mais le charme incontestable de la ville justifie parfaitement cet engouement général.

Le programme de la suite, c'est 170km jusque Agadir, notre point de chute. On coupera l'étape en deux, d'autant que les collines se transforment en montagnes... retour donc à nos petits braquets et à une intense séance de moulinage. Départ matinal, le moral est au zénith, mais l'étape d'hier dans les jambes... Seul problème, à l'étape supposée 80km plus loin, pas moyen de trouver quoi que ce soit pour dormir, limite pour manger... On se repose qlq instants avant de reprendre la route en quête d'un bon endroit de bivouac... Mais dès notre départ, vers 15h30, un nouvel état d'esprit nous emporte... Et on se met à pédaler, dans des décors maintenant montagneux. Agadir est annoncé à 95km, et ils défilent bien. On pousse l'étape en nocturne, s'offrant au passage nos plus beaux paysages depuis le début, sous le soleil couchant. Nous arrivons finalement à destination à 21h30, après 170km et 9h30 en selle... La récompense... Le super camping d'agadir, où nous plantons la seule tente au milieu des campings cars français... C'est du folklore intense!

Agadir, comme presque prévu, est une bonne vieille station balnéaire qui, hors saison, n'est peuplée que de personne du 3eme âge en quête d'un peu de chaleur... Rien qui ne nous interresse particulièrement. Mais le plaisir du repos bien mérité, après 1200km, n'a pas de prix.

Farniente à la plage, petite visite des bourgades avoisinantes, et papotage au camping, on est les chouchous des vieux, of course! Et ça nous amuse follement.

On compte donc laisser les vélos ici et partir demain pour le haut Atlas, ensuite le désert à dos de chameau pour revenir par Marrakesh, et enfin retrouver nos vélos. Une 10aine de jours bus-marche-visite, à notre grand plaisir.

Voilà pour le moment. Les photos sont en ligne!

Bon travail. Et... prudents.

Posté par arborvitae à 14:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur AGADIR, et 1200 km dans les jambes...

    bof votre soleil comparé au notre AH!

    tu demandais des nouvelles, non?
    quatre blessés et un kamikaze tué dans un attentat dimanche (bombe dans un cyber café) super ambiance à casablanca...
    bruxelles rayonne de mille feux èhèh (bière tiède mais bon ...), terrasses bondées. folie: des hommes en tong! (presque)
    oh, au fait, on a "enfin (?)" arrêté berlusconi, accusé de fraude fiscale, blanchiment d'argent et abus de biens sociaux... mais mais mai qui l'eut cru?
    et pour terminer, on annonce "les simpsons, le film", i like it!
    bises
    alice

    Posté par alice, 13 mars 2007 à 15:50 | | Répondre
Nouveau commentaire